Get Adobe Flash player

Xavier Tarabeux :-procureur de la république de

Selon les premiers éléments de l'enquête, le suspect a tiré dans un premier temps deux coups de feu sur Audrey BERTAUT, un fait considéré comme "un meurtre", avant de poursuivre sa collègue et de tirer six balles dans sa direction, a souligné le procureur. Dans ce second cas, il a retenu "une volonté de donner la mort par préméditation, donc l'assassinat". Reste enfin à déterminer le rôle de sa compagne d'une vingtaine d'années, également en garde à vue, qu'il connaissait de fraîche date.

Pour l'Union nationale du personnel en retraite de la gendarmerie, "cette tragédie met l'accent sur la nécessité de disposer des moyens suffisants pour assurer une surveillance continue sur toute l'étendue du territoire".

Vague d'émotion dans la gendarmerie : La mort de deux femmes gendarmes dans le a suscité une vague d'émotion dans la gendarmerie, concrétisée notamment par des appels lancés sur internet à des fermetures de brigades le jour de leurs obsèques. Les forums de discussion en ligne de gendarmes - les militaires n'ont pas de syndicats et utilisent ce moyen pour s'exprimer sous le sceau de l'anonymat - ont été largement consacrés à cet événement hier. Sur celui de l'association Gendarmes et Citoyens, qui anime un site internet auquel participent de nombreux gendarmes anonymes en activité ou en retraite, plus de 100 messages ont été diffusés, et des blogs de gendarmes ont aussi été largement consacrés à cette affaire. 

Des patrouilles adaptées ?
La plupart des internautes insistent sur les conditions de travail et le fait de savoir si des patrouilles à deux sont «adaptées à la situation». «Pas assez de matériel sur le terrain, pas assez de personnel, des moyens radio tout pourris, des véhicules dans un sale état», témoigne l'un d'eux, tandis qu'un autre se demande si la «direction de la gendarmerie va relayer nos problèmes auprès du gouvernement». Certains avancent la possibilité de fermer «en signe de deuil» les gendarmeries en France le jour des obsèques ou de porter en permanence un brassard noir. Certains ont émis l'idée de mettre sur les véhicules de gendarmerie un bandeau portant l'inscription «Gendarmerie en deuil». 

Le site web AG &C -association gendarmes et citoyens-  pose des questions embarrassantes :

  • Comment se fait-il que les deux femmes se soient retrouvées seules face à ce monstre ?
  • Quelles sont les raisons qui ont fait qu’elles aient été engagées sans recevoir de renforts
  • Pourquoi ne pas avoir attendu le lendemain pour intervenir en sécurité avec un effectif suffisant. Manque de moyens en personnel ? Souci de satisfaire la hiérarchie ?
  • Connaissaient-elles la dangerosité de cet individu? Abdallah Boumezaar, 30 ans, un violent, « connu des services de » qui venait d’échapper à la prison le 13 juin après avoir brutalisé sa propre mère.

La République doit se montrer intransigeante" estime Jean-François Copé (UMP)
Les responsables de l'UMP sont "profondément choqués et indignés" par l'"assassinat odieux" perpétré contre deux femmes gendarmes, a déclaré pour sa part le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé. "Le meurtrier qui les a abattues devra être jugé et puni avec la plus grande fermeté. La République doit se montrer intransigeante pour ceux qui s'attaquent aux dépositaires de l'autorité de l'Etat", a ajouté M. Copé en rendant hommage au "dévouement admirable" de ceux qui s'engagent, dans les forces de l'ordre, "au service des Français".

Une intervention jamais sans risque
Dans un communiqué, le syndicat SGP Police-FO, a dénoncé un "lâche assassinat". Il a adressé ses condoléances aux familles des victimes et son soutien à leurs collègues, rappelant qu'une "intervention de police ou de gendarmerie n'est jamais sans risque y compris dans les zones rurales".

"Profonde émotion" du président du Sénat
Jean-Pierre Bel, a exprimé ce lundi "sa profonde émotion devant les crimes odieux dont deux femmes gendarmes ont été victimes la nuit dernière, à Collobrières, dans le Var". "Il s'associe à la douleur de leurs familles, si durement éprouvées, ainsi qu'à celle de la gendarmerie nationale, auxquelles il manifeste sa solidarité et son appui".

Pour le , ce drame pose la question de la récidive
"Le meurtre de deux femmes gendarmes dans un village varois par un individu déjà connu des services de police et de gendarmerie pose une fois encore la dramatique question du sentiment d'impunité qui règne chez les criminels et qui nourrit le phénomène de récidive", écrit le FN dans un communiqué. "Une fois encore, une fois de trop, l'homme qui a assassiné deux représentantes des forces de l'ordre se retrouvait en liberté alors qu'il était déjà connu pour des actes de violence et de délinquance"


Recherche & Synthèse : Pierre Bégliomini (journaliste agence d'intos WPM pour -infos) -  source : Le télégramme - AFP - corse matin - association gendarmes et citoyens

A lire aussi...

Retour aux news...

 

811 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci