Get Adobe Flash player

L'association STOP LGV Sanary a tenu lundi soir son assemblée générale.

Lundi soir, l'association STOP Sanary a tenu son assemblée générale en présence de plus d'une centaine de personnes. La mobilisation est toujours de rigueur, car le projet de est loin d'être enterré. L'équipe de Michel Lieutaud est plus que jamais mobilisée, et toute l'année les membres du conseil d'administration ont arpenté les communes touchées par le projet pour informer et alerter les populations. Ce projet de est estimé à plus de 20 milliards d'euros, avec la création de trois nouvelles gares à Marseille, et Nice.

Ce dernier nous expliquait: "les barons ont changé les formules, plus personne ne parle de LGV, mais le projet est loin d'être abandonné, on veut que les gens demeurent mobilisés, et surtout qu'ils n'hésitent pas à rejoindre l'association". Désormais on parle ainsi de "système ferroviaire intégré".
Pour l'équipe de Stop LGV Sanary il s'agit plus d'une stratégie du préfet et des décideurs pour éteindre toute contestation: "en réalité aucun acte administratif n'a mis fin à la décision de réaliser une ligne qui passe par Marseille, Toulon et Nice, ou à la décision de confier à cette étude. Michel Vauzelle parle bien d'aller de Marseille à Nice en une heure, nous sommes donc bien, quoi qu'on en dise, dans la grande vitesse". Le maire de Nice, Christian Estrosi, est également toujours autant attaché à ce projet, et les diverses manœuvres visant à phaser et effectuer les travaux par tranche inquiètent les opposants au projet.

Inquiétude dans les rangs

Autre sujet d'inquiétude, la mise en place par le gouvernement d'une mission d'évaluation des 14 projets de LGV à l'étude. Pour le président de Stop LGV Sanary, le conflit d'intérêt est évident: "Louis Nègre est sénateur des Alpes Maritimes mais aussi président de la fédération des industries ferroviaires. Monsieur Crozet, professeur d'université, était jusqu'à peu membre du conseil d'administration de RFF".
Le président a souhaité expliquer que la posture n'était pas de s'opposer pour s'opposer mais d'avoir une vraie concertation autour de la question des transports en , concluant: "ce projet est porté par les présidents des grandes collectivités, nous dirons les barons, au mépris des besoins des habitants. Seule la mobilisation de tous les habitants pourra l'arrêter, et j'ajoute que nous avons besoin de toutes les bonnes volontés".

Les actions à venir de l'association

Stop LGV Sanary entend saisir la commission d'évaluation, en attendant de connaître de nouvelles informations le 6 décembre lors de la réunion du comité de pilotage.
Autre sujet d'inquiétude, l'adoption par les maires du département d'une motion relative au renforcement du système ferroviaire PACA, fin octobre. Cela a suscité de grandes interrogations de la part des opposants à la LGV PACA. En conséquence l'association STOP LGV Sanary a décidé lundi soir d'adopter une motion "marquant sa plus totale incompréhension devant la nouvelle attitude des maires du qui, lors de leur assemblée générale du 20 octobre 2012, ont voté à la quasi unanimité des présents la création d'une infrastructure ferroviaire nouvelle en PACA". On aura compris, la LGV PACA est bien loin d'avoir été rangée dans les cartons.

D.D, le 04 décembre 2012 - Source : six-fours.net

A lire aussi...

Retour aux news...

 

861 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci