Get Adobe Flash player

lgvC'est officiel,  la commission Duron a remis ce jeudi au gouvernement le rapport Mobilité 21 chargé de faire le tri parmi les 75 grands projets figurant au Snit. Premières victimes de la réduction des dépenses publiques, les lignes à grande vitesse () unanimement repoussées au delà de 2030 à l'exception de la Bordeaux-Toulouse. La ligne Marseille - Nice sera une Ligne Nouvelle dont l'édification est repoussée entre 2030 et 2050, où les trains circuleraient de 200 à 220 km/h. La "ligne nouvelle " inclut le traitement du nœud ferroviaire marseillais.

Rendu ce matin à Jean-Marc Ayrault, le rapport Duron réduit drastiquement les 245 milliards initialement consacrés au plan de transport à 30 milliards d'euros. Les projets sont répartis en trois groupes : les premières priorités dont l'engagement doit intervenir avant 2030, les secondes priorités repoussées entre 2030 et 2050 qui comprend la Ligne nouvelle PACA et les projets à horizons plus lointains renvoyés après 2050. le Premier ministre dit partager le diagnostic du rapport de la commission Mobilité 21 sur les transports, mené sous la direction de Philippe Duron. 

Le ministre des Transports a lui aussi réagi sur RMC, ce matin :  "La commission Mobilité 21 a fait le tri, à ma demande, dans ces projets. Nous n'abandonnons rien. L'idée, c'est de faire ce qui est utile. Bordeaux-Hendaye, je ne vois pas l'utilité. Marseille-Nice : est-ce adapté ? Il faut régler le problème de la vitesse. Les 4 lignes LGV lancées en même temps ont ruiné les comptes."

Ce que dit le rapport sur la "La réalisation d’une ligne nouvelle entre Marseille, et Nice doit permettre de constituer un système ferroviaire performant pour la région PACA, en reliant ces trois principales métropoles (3ème, 10ème et 5ème agglomérations françaises). Elle facilitera les déplacements à l’intérieur de la région en haussant la qualité de l’offre de services ferroviaires."

Elle  contribuera à ouvrir la région Provence – Alpes – Côte d’Azur sur les autres régions françaises, et à désenclaver l’est de la région en le reliant au réseau français à grande vitesse et plus généralement à l’arc méditerranéen Barcelone – Marseille – Gênes. D’un linéaire total de 200 km de ligne nouvelle entre Marseille et Nice, et de 30 km entre Nice et la frontière italienne, le projet intègre le traitement des nœuds ferroviaires marseillais et niçois, dont la situation entrave d’ores et déjà le bon fonctionnement de nombreux services ferroviaires quotidiens et nationaux.
Au regard des éléments qu’elle a eus à disposition, la commission a constaté une évolution du projet dit de la LGV PACA vers un projet dit de ligne nouvelle, qui peut être séquencé.

Elle identifie deux niveaux de priorités, dont le premier porte sur le traitement des nœuds marseillais et niçois. Ces deux derniers n’ont toutefois pas la même portée pour le fonctionnement du réseau ferré national. Le nœud marseillais est l’un des trois grands secteurs ferroviaires dont les contraintes pèsent sur la bonne structuration des circulations de niveau national. La restructuration de son faisceau d’accès est une priorité au même titre que celle du nœud lyonnais. Le secteur niçois subit aussi de fortes contraintes qui pénalisent les services ferroviaires, mais sans peser autant sur la capacité du réseau national.

Au sein de la commission des avis divergents se sont exprimés sur l’urgence du traitement du nœud niçois. Certains commissaires ont considéré qu’au regard des dysfonctionnements que subissent au quotidien les voyageurs, il importait que le nœud niçois soit traité dans les mêmes priorités que le nœud marseillais.

Après en avoir longuement débattu, la commission estime majoritairement qu’il convient de distinguer le traitement des nœuds selon les scénarios financiers envisagés et leur niveau d’influence nationale. Dans le cadre du scénario n°1, la  commission classe la résorption du nœud marseillais dans les premières priorités et celle du nœud niçois dans les secondes priorités avec le reste du projet. Dans lescénario n°2, elle classe les deux nœuds de Marseille et Nice en premières priorités, le reste du projet devant intervenir postérieurement"

Synthèse : Pierre Bégliomini - Journaliste - Agence d'infos WPM

Sources : France-BTP / Francetv info / côte d'azur-france 3

A lire aussi...

Retour aux news...

 

1629 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci