Get Adobe Flash player

veronique eckReportage en fin d'article - Le 14 septembre dernier, le carrefour de la Foux, surnommé le carrefour de la mort, sur La D43, au bas de la montée du col de la Bigue à , faisait une nouvelle victime. Denise Camu, Cuersoise alerte de 83 ans s’est faite happée par un automobiliste (lire notre article du 15/09 ici).  Aujourd'hui, trois semaines après ce terrible drame, c'est plein d'émotion et de courage que sa fille, Véronique Eck, interpelle les pouvoirs publics en lançant une pétition pour le réaménagement de ce carrefour afin de le sécuriser...

"Il faut que cela cesse" explique-t-elle, la gorge serrée, aux passants, en ce vendredi matin, jour de marché à Cuers, "Ma mère n'est pas la seule a être décédée sur ce carrefour et je ne voudrais pas que cela se renouvelle" puis elle termine sa phrase, au bord des larmes "Si vous voulez bien signer ma pétition pour la mémoire de ma maman"

Les personnes qu'elles rencontrent sont toutes déjà sensibilisées au manque de sécurité de ce carrefour et s'étonnent que rien ne soit fait pour le sécuriser : "Il y en a eu des dizaines" s'exclame une passante, et une autre "Oui, il faut que cela cesse, il faut qu'ils fassent quelque chose, il y en a trop" Un homme interloqué par Véronique Eck s'insurge : "Quand je dois prendre ce carrefour, j'ai toujours une peur terrible qu'il m'arrive quelque chose et cela dure depuis des années, il faudrait faire un passage souterrain"

Denise camu

La dernière victime du carrefour : Denise Camu

Et puis, soudain, Véronique Eck croise la mère d'une autre victime, son fils est décédé sur ce carrefour de la mort, il y a sept ans. L'émotion est à son comble et les deux femmes partagent leur peine. Véronique Eck promet qu'elle va faire bouger les choses, qu'elle n'abandonnera pas.

C'est le message qu'elle veut faire passer : "je voudrais que ce carrefour puisse être aménagé de manière à le sécuriser. Il ne faut pas que ma maman soit morte pour rien. Par rapport aux antécédents de ce carrefour, aux gens qui l'empruntent, à sa dangerosité, je me dis que cela va se reproduire si l'on ne fait rien. Il faut absolument que la mort des gens que l'on aime, serve à quelque chose. Aujourd'hui, je suis venu voir les cuersois pour les associer à ma peine, ainsi qu'à cette démarche. Avec ces quelques signatures récoltées ce matin, je vais envoyé au Préfet et à tous les responsables locaux, une lettre explicative leur démontrant que mon action n'est pas anodine et qu'il faut sécuriser ce carrefour."

Ci-dessous le reportage TV complet (durée 5 mns) de cette action sur le marché de Cuers.

 LE REPORTAGE TV DE LA REDACTION DE CUERS-INFOS.COM - Production Agence d'infos WPM - Journaliste Pierre Bégliomini - Durée : 5mns

Pierre Bégliomini - Journaliste - Agence d'infos WPM

A lire aussi...

Retour aux news...

 

1938 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci