Get Adobe Flash player

Une fois de plus le conseil municipal de mardi dernier a été le théâtre de violentes attaques de la majorité envers les conseillers municipaux de l'opposition (excepté ). Le ton est vite monté, les insultes de tout ordre ont été lancées à la volée par le premier magistrat et son 1er adjoint.

lh[1]

Le tandem Tardivet/Pérugini aux commandes de la commune

Il est pratiquement impossible pour les élus de l'opposition de s'exprimer sans être continuellement interrompus soit par le maire, soit par le 1er adjoint. Insultes, moqueries, rires gras, attaques personnelles... une véritable cour d'école ! . Jacques Tardivet invective le conseiller de l'opposition Denis Raybaud puis chuchotte : "C’est vraiment des cons !" alors que celui-ci met en évidence des contradictions évidentes dans certaines DSP. "Il nous casse les couilles, on vote!" chuchotte t-il à nouveau alors que le Maire tacle le pied, dessous la table, de l'adjoint pour lui signaler qu'il va trop loin. Puis c'est au tour du 1er magistrat d'invectiver le Conseiller de l'opposition Jean-Claude Nourikian : "vous êtes priés de fermer votre gue... bouche" . Pagnolesque mais véridique… Jusqu’où ira l’escalade ?

 

Ce qu'il faut retenir : outre que ce conseil municipal traitait des questions stratégiques pour l'avenir de la commune : l'intercom avec ou sans TPM, la carrière du puy et son centre touristique, les nouvelles constructions à venir, etc... (voir notre article du 23 juin dernier), la grande surprise est venu du rapport de la chambre régionale des comptes qui fustige la gestion de l'actuelle municipalité et recommande la plus grande prudence dans sa d'aménagement trop ambitieuse compte tenu de ses capacités, ainsi qu'une plus grande transparence et moins d'incohérence dans les contrats passés avec les déléguations de services publics.

La chambre régionale des comptes reconnait que la gestion actuelle de la commune permet d'amorcer un début de redressement de la situation financière problématique laissée par la municipalité précédente / avec un autofinancement exédentaire après plusieurs exercices déficitaires. Toutefois le fait de recourir à des pressions fiscales suppémentaires afin de résorber la dette communale, soit 23% de plus ponctionné dans le portefeuille des cuersois, présente des dangers certains et doit amener les élus à une gestion rigoureuse, sur le fil du rasoir, qui ne laisse aucune place à l'improvisation.

L’analyse de notre Rédaction : Nous reviendrons amplement au cours de ce weekend sur ce fameux rapport exprimé sans embage à l'encontre de la gestion du tandem Tardivet/ avec un interview audio du conseiller municipal de l'opposition sans étiquette du groupe "", Jean-Claude Nourikian. Les critères énoncés par le rapport de la chambre régionale des comptes pour le bon fonctionnement de la gestion de ne sont toujours pas mis en pratique par la municipalité en place, à savoir, la nécessité d'une plus grande transparence et moins d'incohérence dans les contrats passés avec les déléguations de services publics, ainsi qu'une gestion rigoureuse de tous les instants

C'est en fait grâce aux porteffeuilles des cuersois, avec une augmentation de la pression fiscale sans précédent dans le var, que la dette communale a pu amorcer un redressement en 2009 (voir notre article du 11 octobre 2009). La suppression de l’abattement de 15% sur les bases d’imposition votée en conseil municipal en 2009 ont eu pour conséquence une forte augmentation de la taxe d’habitation, en priorité, sur les faibles revenus et les petits ménages à revenus modestes.Or, dans le même temps, les adjoints, avec Jacques Tardivet et Gilbert Perugini en tête, s'octroyaient une majoration de 15 % de leurs émoluments au titre de commune, chef lieu de canton,  pour l’ensemble des Adjoints au Maire. Rappelez-vous aussi que Gilbert Pérugini avait basé toute sa campagne des dernières municipales sur la diminution des taxes.

Pierre Bégliomini - Journaliste

A lire aussi...

Retour aux news...

 

800 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci