Get Adobe Flash player

Initié par la municipalité de Gérard , ce projet immobilier d'envergure de 450 logements et un groupe scolaire risquerait de subir un coup de frein face à l'Histoire avec un grand "H". Ce projet immobilier du " Pas Redon " pourrait être  remis en question, au moins partiellement, par le ministère de la culture et de la communication.

En effet, alors que les travaux d' de cette zone étaient en cours, des découvertes archéologiques importantes ont été mis à jour par les tracto-pelles...

Or, vous ne le savez peut-être pas, mais à deux "zones  de présomption de prescription archéologique" existent. la première, celle qui nous intéresse, englobe  le centre-nord de Cuers avec ses environs immédiats dont le "Pas Redon" et la seconde englobe en forme de "U" la commune de Cuers du nord - nord-est - au sud (voir photo ci-contre : cliquez pour l'agrandir).

Des zones de présomption de prescription archéologique pour quel objectif  ? Une zone de présomption de prescription archéologique n'est pas une servitude d'. Elle permet à l'Etat (ministère de la culture et de la communication) de prendre en compte par une étude scientifique ou une conservation éventuelle,  "les éléments du patrimoine archéologique affectés ou susceptibles d'être affectés par les travaux publics ou privés concourant à l'aménagement". En conséquence, l'Etat pourra dans les délais fixés par la loi formuler, dans un arrêté, une prescription de diagnostic archéologique, de fouille archéologique ou d'indication de modification de la consistance du projet. Cette décision sera prise en veillant à la conciliation des exigences respectives de la recherche scientifique, de la conservation du patrimoine et du développement économique et social de Cuers.

Le principe des zones de présomption de prescription archéologique est inscrit dans le code du patrimoine. Aini, à l'intérieur des zones de présomption de prescription archéologique, le ministère de la culture et de la communication (direction régionale des affaires culturelles) est obligatoirement saisi :
- soit de tous les permis de construire, d'aménager, de démolir, ainsi que des décisions de réalisation de zone d'aménagement concerté,
- soit de ces mêmes dossiers "lorsqu'ils portent sur des emprises au sol supérieures à un seuil défini par l'arrêté de zonage".

Il est prévu qu'à l'intérieur de ces zones, les seuils initiaux de superficie (10 000 m2) et de profondeur (0, 50 mètre) prévus pour les travaux d'affouillement, nivellement, exhaussement des sols, de préparation du sol ou de plantation d'arbres ou de vignes, d'arrachage ou de destruction de souches ou de vignes, de création de retenue d' ou de canaux d'irrigation peuvent être réduits.

Un chargé de mission du ministère de la culture est venu se rendre compte de l'ampleur des fouilles. Et c'est là que l'affaire devient assez trouble. Compte tenu des découvertes historiques  importantes mis à jour,  si des fouilles devraient être envisagées, le financement de celles-ci serait trés important. Est-ce la raison pour laquelle toutes les fouilles ont été recouvertes avec précaution par les tracto pelles ?

Les riverains ayant assisté à ce manège confirment que les découvertes archéologiques étaient d'importance  (village gallo romain avec pièces, objets d'art et parties de maisons) et qu'elles ont bien étaient recouvertes.

Une affaire à suivre donc, puisqu' au dernier conseil municipal, le maire n'a rien mentionné sur ce sujet.

Pierre Bégliomini

A lire aussi...

Retour aux news...

 

1313 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci