Get Adobe Flash player

Rappelons qu'il s'agit d'une réalisation touristique pharaonique de luxe de 6 hectares, votée en conseil municipal, dont l’accés sera sécurisé, fermé et exclusivement réservé aux vacanciers et dont les cuersois sont potentiellement exclus, séparés par barrière et gardiens, comme nous l'indiquons dans notre article détaillée du 14 avril dernier.

denis raybaud[1]Pour , conseiller municipal d'opposition d'Europe écologie :"La carrière du Puy, dernière réserve foncière de la commune, est vendue à de gros investisseurs privés. Le montage de cette opération, purement financière, montre à l'évidence que cette équipe veut accélérer cette vente afin que le complexe soit terminé avant la tenue des prochaines . La conception de ce projet ne prend en aucun compte les besoins des Cuersois. Comme d'habitude, aucune concertation n'a eu lieu. Cette opération n'est qu'une confiscation pure et simple de notre patrimoine!. Toutes les infrastructures sont étudiées pour répondre au confort des "congressistes" à commencer par la fameuse salle polyvalente. Cette dernière n'apparaît que comme un simple faire-valoir destiné aux besoins de ce grand groupe qui pourra ainsi disposer d'une salle de congrès financée par la mairie (3 à 4 millions d'euros). Quant aux Cuersois, ils pourront espérer disposer des quelques créneaux laissés libres, à une tarification inconnue alors qu’ils en supporteront les charges de maintenance et logistique et administration chaque année. Plus largement, on peut s'interroger sur l'opportunité de construire un tel centre touristique dans une carrière. La municipalité répond à l'unisson que le risque d'exploitation est supporté par l'investisseur... On peut donc avoir de sérieux doutes sur le devenir des 115 pavillons et des quatre immeubles collectifs ! En l'absence de viabilité économique de ce projet touristique à moyen terme, on peut craindre une vente fragmentée de cet immobilier par le groupe acquéreur: rien de plus facile, au point de douter dès à présent de la véritable destination de ces pavillons et appartements ! Par ailleurs, ces installations seront très consommatrices en eau (jardins, pelouses..), ce qui aggravera le problème récurrent de l’approvisionnement actuel des sources de la Foux... Ce projet, subi par la , est emblématique de la politique conduite par M Pérugini et son équipe : des projets décalés de la réalité de terrain, conçus et proposés par des marchands de biens qui ne veulent pas dire leurs noms."salle polyvalente

L'arrivée de capitaux privés est souvent problématique dans l' d'une commune, car elle pose un certain nombre de questions qui devrait trouver des réponses dans une transparence totale de l'information. Ce n'est pas le cas ici car le 1er adjoint, Jacques Tardivet prône une politique de communication trés spéciale du style moins on communique, moins les cuersois poseront de questions. D’autre part, tous les anciens cuersois savent parfaitement que cette zone est potentiellement dangereuse pour plusieurs raisons :
1/ le terrain y est très instable et ne permet aucune construction de cette envergure..
2/ Cette zone a subi une pollution certaine, ces vingt dernières années, qui reste problématique pour un projet aussi ambitieux. Le fonctionnement de la carrière s’est arrêté dans les années 1980. A cette date, tous les ossements humains, des cimetières alentours de qui n’étaient pas dans des concessions, y ont été empilés. Outre sa destination première de déchèterie, cette carrière a servi de déversoir aux tonnes de peinture polluante et à base d’amiante, aux produits chimiques divers et variés que toutes les entreprises de et de Navarre venaient déverser.

Pour Jean-Claude , conseiller municipal de l'opposition : "Nous savons que la mairie va récupérer environ 6 millions d’euros et 600.000 euros/an de redevance en termes de taxes foncières et locatives. Sur ces 6 millions il faudra payer la salle polyvalente (entre 2.5 et 4 millions d’euros ?), les infrastructures comme le rond point (700.000 euros) et tous les aménagements de style avenue De Pothonier. Bref il ne restera pas lourd sur la somme initiale, la ”redevance annuelle de 600 000 euros nous semble légère pour un projet d’une telle ampleur et les désagréments qu’il occasionnera dans notre vie de tous les jours... Ce complexe sera très gourmand en eau (3 piscines, hôtel, restaurant, 115 villas, 4 immeubles, de la pelouse partout…des centaines de touristes) et il sera alimenté par les eaux de la Foux déjà sollicitées au delà de leurs possibilités. Cela signifie que nos achats d’eau à la SCP (société du canal de Provence) vont exploser et de fait le coût de l’eau aussi. Cela s’adresse bien sur aux 3941 abonnés du réseau. Notre cadre de vie va s’en ressentir, déjà durant l’énorme chantier et ensuite par une accrue. Quand à chercher un plus pour nos commerçants cela semble relever de l’utopie. Est-il vraiment indispensable de créer un dortoir pour touristes. Car en vérité que leur est-il proposé ? Un hôtel avec piscine de 15×4 et terrains de tennis ? Mais autour, que vont-ils découvrir ? Rien ! Quel attrait a une carrière ou l’on étouffe l’été et on se gèle l’hiver avec des parois rocheuses qui s’effondrent ? Une fois lassés des quelques installations mises à dispositions, les touristes iront ailleurs dépenser leur argent. Quand à la salle polyvalente, sa place est au centre du village ou du moins le plus près possible."

Comme on le voit, Cuers change.... dans le mauvais sens !

Pierre Bégliomini - Journaliste

A lire aussi...

Retour aux news...

 

749 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci