Get Adobe Flash player

Alors que le parti appelle ses militants à voter pour le" Front de Gauche" aux prochaines régionales sous l'intitulé :" Ensemble pour les régions à gauche solidaires, écologiques et citoyennes". Alors que Guy , ancien Maire communiste de Cuers déclarait au sujet du combat : « En ce qui me concerne, même dans les moments les plus critiques, je n’ai jamais perdu confiance dans le combat de la classe ouvrière et de notre parti. », , conseiller municipal d'opposition du groupe "Cuers ensemble" et membre du parti communiste laisse son identité de communiste au vestiaire dès la première mi-temps des élections régionales en s'engageant auprès du socialiste sortant Michel Vauzelle, Président du conseil Régional.

Il nous a donc semblé opportun de demander à Paul Garnier des éclaircissements sur cet engagement.

Pierre Bégliomini : "Paul Garnier, vous êtes conseiller municipal d'opposition du groupe ... mené par Gérard "cuers ensemble" qui rassemble des hommes et des femmes de la gauche de tout bord encarté ou non. Les quatre conseillers municipaux de cette liste dont vous faites partis ont décidé de soutenir aux prochaines régionales un candidat socialiste, en l'occurence Michel Vauzelle qui se représente à son propre poste de Président du conseil régional. En ce qui vous concerne, vous êtes un commmuniste encarté depuis plusieurs années, et pourtant, vous avez décidé de ne pas suivre le mot d'ordre de votre parti qui est de voter pour une liste de front de gauche... Pourquoi ? "

Paul Garnier : "Parce que de l’avis de tous, le bilan de l’équipe de gauche sortante est très bon. C’est un bilan de l’ensemble des composantes de la gauche doublé du bilan d’un Homme clairement positionné à gauche qui a pris des positions courageuses en tant que Président de Région, des positions d’opposant à la politique libérale menée par la Droite qui fait des ravages dans notre Pays. Du courage y compris lorsqu’il a appelé clairement à voter NON à la constitution européenne contre la position de son propre Parti. Les électeurs lui ont d’ailleurs donné raison. Nous disons aujourd’hui, nous n’appelons pas à voter pour une liste Socialiste, nous appelons à voter pour une liste conduite par Michel VAUZELLE. Pensez-vous qu’à Cuers, nous imaginions que tous les gens qui votaient Guy GUIGOU, votaient communiste, non ils votaient pour un communiste avec le talent qu’on lui connaissait."

Pierre Bégliomini : "Pourtant, dans chaque région, les adhérentes et les adhérents du se sont prononcés sur le type de liste qu’ils entendent présenter au premier tour des élections régionales. Il apparait clairement que dans 17 régions sur 22 le ira à la bataille au premier tour sous l’égide de listes Front de gauche. C'est d'ailleurs ce que souhaitent 94,2 % des communistes en PROVENCE-ALPES-CÔTE DAZUR contre seulement 5,7% pour une Liste d’union dès le 1er tour avec le PS. Vous faites donc sécession avec votre propre parti ?"

Paul Garnier : "Les adhérents se sont exprimés sur une question dont la réponse ne laissait guère le choix ; ce fut une consultation dont seuls les appareils politiques ont le secret. La chose n’est pas très compliquée : la très grange majorité des communistes condamnent aujourd’hui le positionnement à géométrie variable du PS qui le situe au grès des déclarations, le lundi à gauche, le mardi au centre. La gauche rêve d’un projet politique ancré à gauche capable d’être une alternative à la politique menée par l’UMP et ses alliés. Alors, les appareils politiques sont prêts à tout pour doubler le PS à gauche. Pourquoi pas, mais pas à n’importe quel prix ! Si nous sommes engagés et sortants d’une majorité de gauche qui n’a pas démérité, qui n’a pas tourné le dos à ses engagements, l’intelligence, la loyauté et le respect de nos partenaires doit primer sur les stratégies politiciennes des appareils."

Pierre Bégliomini : "D'autre part, pourquoi après avoir vanté les mérites du front de gauche, avec vos 3 autres conseillers municipaux du groupe de Gérard Cabri, vous retournez tous d'un coup votre chemise en faveur d'un socialiste ?"

Paul Garnier : "Tourner notre chemise nous ressemble guère. Nous disons simplement qu’il convient de ne pas se tromper d’élections. Aux Européennes, les résultats le prouvent, il s’agissait d’opposer au projet de l’Europe libérale portée par la Droite et la Majorité du PS,  un projet d’une Europe Sociale et Solidaire. Encore une fois, là, il s’agit de s’exprimer sur la poursuite de l’Union de la gauche en . Je précise d’ailleurs que les communistes n’ont pas de reproche à adresser à Michel VAUZELLE, ils ont participé à l’exécutif régional, porté, partagé et amendé parfois  ses projets et ont voté tous les budgets depuis 12 ans."

Pierre Bégliomini : "En son temps, Robert Alfonsi, alors secretaire fédéral du parti socialiste varois ne voulait plus d'union de gauche, notamment aux dernieres municipales, c'est d'ailleurs ce qui a provoqué votre chute au niveau municipal. Aujourd'hui, il déclare que l'union de la gauche est une bonne chose... finalement, vous tenez le même dialogue ?"

Paul Garnier : "En politique l’important n’est pas tant le dialogue que l’on tient, c’est plus les actes qu’on est capable de mettre en œuvre. Je ne sais pas si M. ALFONSI a changé de discours, ce que je sais c’est que nous nous sommes toujours exprimés pour la poursuite de l’union lorsqu’elle est sortante car elle seule permet de reconduire des victoires. Comme nous disions qu’il était naturel que la gauche soit rassemblée derrière l’équipe sortante à Cuers conduite Par Guy GUIGOU et Gérard CABRI ; aujourd’hui nous appelons naturellement au rassemblement derrière Michel VAUZELLE."

Pierre Bégliomini : "Ne craignez vous pas personnellement les foudres de votre parti ?

Paul Garnier : "Non pas celles de l’appareil, j’appartiens à un Parti qui a une maturité politique qui lui permet désormais d’éviter de telle dérives ; pour les autres réactions, si elles s’expriment dans le respect de chacun, aucun problème ; c’est ce qu’on appelle la démocratie."

Pierre Bégliomini : "Pensez-vous que le PC soit toujours une force de progrés, ne pensez vous pas que c'est une vieille dame qui a montré tous ses défauts et peu de qualité dans la pratique, même si la théorie est belle.... on a vu ses limites. ?"

Paul Garnier : "Oui, dans le contexte politique actuel bien sûr que les idées communistes ont de l’avenir. Le Parti Communiste Français a énormément compté dans l’histoire du 20ème siècle en France. Son rôle au moment du Front Populaire, son combat, ses sacrifices dans la Résistance, son apport idéologique dans la reconstruction de la France témoigne de cette formidable capacité qu’il a eut à la fois de s’opposer, de résister mais aussi de prendre ses responsabilités lorsqu’il a eut à le faire. Il reste un outil à la disposition de toutes celles et de tous ceux qui veulent imaginer une alternative au capitalisme qui meurt chaque jour un peu plus de ses contradictions en entraînant dans sa chute le destin de millions d’hommes et de femmes dont la vie est brisée au rythme de ses crises, de ses caprices. Pour l’heure les seules limites que l’on observe sont celles du capitalisme."

Pierre Bégliomini : "Pourquoi continuer à militer au sein de ce parti, ne pensez-vous pas que c'est plus un handicap qu'un avantage pour une élection, et finalement n'est ce pas l'une des raisons qui vous pousse à aller à l'encontre des directives nationales ?"

Paul Garnier : "On ne va pas à l’encontre des directives nationales du Parti par stratégie, on y va pour défendre des idées et garder une indépendance qui garantie une Liberté de pensée et d’action. Ensuite, pourquoi continuer à militer ?  Tout simplement pour les raisons que je viens d’énoncer pour rêver à un autre monde, à une autre société, pour tenter de la dessiner au quotidien.  Ce matin nous nous sommes réveillés bien au chaud chez nous en apprenant qu’un homme de 35 ans est mort de froid cette nuit en pleine rue. Nous sommes au 21ème siècle en France et notre contrat républicain est en train de voler en éclat. Aujourd’hui dans un Pays qui a su décréter l’abolition des privilèges, l’Etat emprunte des milliards pour voler au secours des Banques et de leurs bonus dorés pendant qu’il est incapable d’assurer l’une de ses missions les plus élémentaires : La Solidarité."

Propos recueillis par pierre bégliomini

A lire aussi...

Retour aux news...

 

801 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci