Get Adobe Flash player

Dans le bassin touristique du Verdon, la part des emplois salariés directement liés au tourisme est supérieure à 20%

Le est le département dans lequel la saisonnalité de l’emploi touristique est la plus marquée. L’emploi salarié lié au tourisme y est ainsi 2,7 fois plus élevé au mois d’août qu’au mois de janvier. Malgré cette saisonnalité plus marquée qu’ailleurs, le poids du tourisme dans l’ varoise (9 % soit 31 900 emplois) est légèrement inférieur à celui des Alpes-Maritimes. À lui seul, le bassin fortement touristique du Golfe de Saint- Tropez concentre le quart des emplois salariés touristiques du département. Les commerces de proximité, dont une partie de l’activité est liée au tourisme (commerce de détail alimentaire ou non, cafés et tabacs, superettes, boulangeries) y sont surreprésentés, de même que les hypermarchés et supermarchés.

Pour ces commerces, le Var concentre ainsi 27 % des emplois touristiques de la région, soit autant que les Alpes-Maritimes et à peine moins que les Bouches-du- Rhône (31 %). La structure de l’hébergement touristique, davantage orientée vers les hébergements non hôteliers qu’en moyenne régionale, explique la prépondérance des commerces. Le Var concentre en effet 35 % des emploisdes autres hébergements touristiques (campings, gîtes et villages de vacances notamment), plaçant le département au premier rang régional. Un poids du tourisme élevé dans les départements alpins Si la part des Hautes-Alpes dans l’emploi touristique régional est faible (6,2 %), ce département s’inscrit au premier rang régional pour le poids du tourisme dans l’emploi départemental (15,6 %), avec 9 100 emplois liés au tourisme en 2007. C’est dans le bassin touristique de Briançon que la part du tourisme est la plus forte, avoisinant les 30 %, alors qu’elle n’est que de 10 % dans le bassin de Gap. Fortement touristique, dépourvu de métropole de taille importante, les Hautes- Alpes présentent une double saisonnalité, à la fois hivernale et estivale, avec des pics d’emploi de niveaux proches en janvier- février-mars et en juillet-août. À ces périodes, l’emploi est 1,7 fois supérieur à celui des creux de mai, octobre et novembre. Cette amplitude est proche de la moyenne régionale. Les Hautes-Alpes présentent de nombreuses spécificités touristiques liées au patrimoine naturel (parcs des Écrins et du Queyras) et riche de nombreux domaines skiables. Fait unique dans la région, les emplois des autres hébergements touristiques sont plus nombreux que ceux de l’hôtellerie, traduisant la présence de plusieurs centres de vacances d’importance et d’hébergements alternatifs à l’hôtellerie dans les stations de montagne (résidences et meublés touristiques). Enfin, les emplois dans les activités de remontées mécaniques se situent à un niveau proche de celui de la restauration. Dans les Alpes-de-Haute-Provence, 5 400 emplois sont liés au tourisme en 2007. La structure de l’emploi touristique y est proche de celle des Hautes- Alpes, reflétant la proximité géographique de ces deux départements. La part des emplois touristiques dans l’emploi départemental (9,6 %), particulièrement élevée dans les bassins touristiques des Alpes-Mercantour et du Verdon (30 % environ), souligne une orientation touristique marquée. Quoiqu’en nombre limité, les activités liées au thermalisme et à la thalassothérapie (eaux thermales de Digne-les- Bains et de Gréoux-les-Bains) constituent une spécificité : elles concentrent à elles seules 41 % des emplois liés au thermalisme et à la thalassothérapie de la région.

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est une destination touristique de première importance, disposant d’une grande diversité de sites et d’équipements. Ceci lui permet de répondre tout au long de l’année aux besoins du tourisme de loisir comme du tourisme d’affaires. En moyenne annuelle, 148 000 emplois sont directement liés à la fréquentation touristique en 2007.

Plus de la moitié de ces emplois se concentrent dans les activités liées à l’hébergement, aux cafés et aux restaurants. L’emploi touristique varie fortement tout au long de l’année. Il est le plus faible en janvier malgré le tourisme d’hiver et le tourisme d’affaires. En outre, la saison d’été se prolonge jusqu’en octobre, les emplois touristiques y étant plus nombreux qu’en mai. Les six départements de la région présentent une grande variété de profils vis-à-vis de l’activité touristique. Avec 48 800 emplois, le département des Alpes-Maritimes est le premier employeur touristique régional. Dans le Var, la saisonnalité de l’emploi touristique est la plus marquée. Enfin, c’est dans les Hautes-Alpes que le poids du tourisme dans l’emploi est le plus élevé (15,6 % contre 7,5 % en moyenne régionale).

Pour en savoir plus, téléchargez le document complet de l' en cliquant sur le lien qui suit :

ANALYSE
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR
ÉT UDES
I N S E E
N° 17, février 2012

Synthèse : Pierre Bégliomini - journaliste - agence WPM

Analyse de l'  INSEE faites par : Christophe Barret - Jean-Philippe de Plazaola - André Melquiond

A lire aussi...

Retour aux news...

 

834 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci