Get Adobe Flash player

Pierre Bégliomini - Journaliste - " Mon méa culpa"

Mea culpa, on s'est tous trompé. J'étais persuadé que les élus varois s'étaient prononcés pour un "non" ferme au avec leur slogan "la LGV, ni ici, ni ailleurs." Aprés tout, tout le monde peut se tromper, personne n'est parfait, moi y compris. Le moment serait-il venu de faire mon méa culpa... Mais, comment ne pas se tromper lorsque l'on écoute les propos tenus, lors de diverses réunions, par diverses organisations varoises d' agriculteurs ou par des élus, maires et députés  "le moment est venu de dire NON , il faut dire NON" s'écrie Josette Pons, député du . A voir certaines banderoles du style "Borlot, Falco deux rigolos"  lors de manifestations, dans l'ouest varois, d'agriculteurs en colère, soutenues par plusieurs élus, ne s'y tromperait-on pas ? Serait-ce une confusion organisée ?

En fait, il y aurait deux discours, le public et l'écrit. Si, en public on dit "non", on écrit, et depuis le début, "oui au LGV dans les emprises existantes" bien que cela ne soit pas dit aussi franchement. Même, le maire de s'est fait roulé dans la farine, à écouter son discours lors de la réunion du 19 novembre à : "on se rend compte mantenant que même avec les conditions de la lettre Borloo, ce n'est pas possible", s'exclame t-il et de poursuivre  "je ferais voter une motion, comme mes autres collègues, afin de dire non à la lgv...".

Mais non, Monsieur Martinelli*, on s'est tous trompé. Si nous lisons attentivement les déclarations des députés, de la plupart des élus et même de la fameuse pétition lancée récemment dans le cadre d’une motion solidaire et unanime, tout s'éclaire : "pour dire non au projet de fuseaux de LGV tels que présentés par RFF et soutenir dans leur action les collectifs et associations contre des tracés qui ne respectent pas le courrier ministériel du 29 juin 2009."

Or, ce courrier ministériel n'est rien d'autre que la lettre Borloo avec un traçé utopique sur les fameuses lignes existantes.Voilà, en fait il fallait décrypter le langage . D'ailleurs, il y a quelques jours, dans une question orale adressée à la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, Jean-Sébastien Vialatte, député et maire varois s'est inquiété du tracé de la LGV Marseille-Nice : " Mme la ministre de l’écologie va-t-elle demander à RFF de reprendre ses études afin d’aboutir à un projet conforme à la lettre de cadrage de M. Borloo ?"

le fuseau RFF passant sur Cuers correspond bien aux "emprises existantes"

Mea Culpa pour moi-même et pour tous ceux qui ont plongé... et ils sont nombreux ! D'un seul coup, tout s'éclaire, la déclaration du Président des jeunes agriculteurs varois, la colère du couple lors de la dernière manisfestation toulonnaise, la motion votée à Cuers..... Tous, ils sont tous pour la LGV sur emprises existantes ou un enfousissement des lignes, depuis le début. Ne suffisait-il pas de le dire "clai re ment" dés le départ au lieu de crier  "au feu les , la maison brûle." En fait, la maison UMP n'a jamais vraiment brûlé. Finalement, Hubert Falco n'a aucun souci, tout le monde est d'accord avec lui sur un point : la LGV suivra le traçé des métropoles. CQFD.... euh, j'ai encore un doute.... j'espère que j'ai bien décrypté cette fois.

Pour infos le fuseau RFF passant sur Cuers correspond bien aux "emprises existantes" car pour RFF  : « Le passage sur les emprises existantes n’est pas sans impact, puisqu’il s’agit de passer de deux à quatre voies pour permettre l’augmentation du nombre de trains et limiter le mélange des circulations.» (le nombre de voies pourrait être porté à  6) - Il ne devrait plus évoluer dans le cas d'un tracé des métropoles.

 Pierre Bégliomini - journaliste agence WPM pour cuers-infos.com

*Patrick Martinelli - Maire de Pierrefeu

A lire aussi...

Retour aux news...

 

509 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci