Get Adobe Flash player

ligne nouvelleEnterrée la ? Oui, croyez-y parce que c'est la réalité, quoi que vous en pensiez, quel que soit le combat que vous avez mené, pour ou contre, quel que soit votre degré d'implication.... c'est terminé ! Un grand vide vous saisit.... ? Un autre combat commence appelé "Ligne Nouvelle" - Ce projet qui naîtra à l'horizon 2030, soit une grosse quinzaine d'années, sera pourtant plus difficile à combattre car plus adapté, plus pratique, plus près des varois. Pourtant l'impact environnemental ne sera guère différent de celui de la . Mais alors où sera le changement ?

La très grande vitesse c'est finie. On n'en parle plus et franchement c'est tant mieux car très peu adaptée aux besoins du quotidien. Reconnaissons que seul l’ego des élus varois de tout bord était flatté, ce qui, en fin de compte ne représente pas grand chose face à la vindicte populaire et à la durée de vie () des élus du peuple. Si l'on en croit , 82% des habitants de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur sont favorables au nouveau projet "Ligne nouvelle" : tels sont les résultats d’un sondage IFOP réalisé entre le 13 et le 19 septembre 2012 auprès d’un échantillon représentatif de 801 individus âgés de 18 à 79 ans résidant dans les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône et le *. On peut toujours penser au retour d'une Droite vindicative remettant en route la LGV PACA, mais c'est peu probable, voire inenvisageable compte tenu de l'évolution des mentalités qui va s'opérer très rapidement face à la nouvelle mouture présentée  il y a quelques jours et acceptée dans ses principes fondamentaux par la commission mobilité 21.

reseau1 La mobilité durable - que veut dire ce terme ? C'est l'un des principes fondamentaux de ce projet. Ouvrir la région aux autres régions françaises et désenclaver l’Est de la région en le reliant au réseau français à grande vitesse -  Faciliter les déplacements à l’intérieur de la région entre Marseille, et Nice, et au sein de chacune d'elle, en offrant une à la route et en complétant la seule voie ferrée existante du littoral -  Constituer le système ferroviaire intégré et le chaînon manquant de l’arc méditerranéen Barcelone – Marseille – Gênes. 
56% des sondés admettent qu'un réseau ferroviaire régional, voire départemental, permet de se déplacer facilement à l’intérieur de la région PACA et du var. Ainsi, selon le sondage RFF, 3 varois sur 4 sont favorables au projet. Arc méditerranéen, développement économique, création d’emplois sont les priorités qui rassemblent positivement les varois sur l’adhésion à la "ligne nouvelle"

Un réseau ferre édifié par étape - Le projet de ligne nouvelle est réalisable par étapes. Le système régional sera organisé autour d’un maillage étroit entre la ligne nouvelle et les lignes existantes. Il sera ainsi possible de réaliser par tranches ordonnées la désaturation prioritaire des nœuds ferroviaires de Marseille et de la Côte d’Azur, puis de Toulon. Au quotidien, dans le var, il y aura plus de trains qui sillonneront le département.

Ligne nouvelle et emprise existanteUne ligne nouvelle devrait être créée sur l'est varois accroissant ainsi le trafic des TER en libérant l'emprise existante. La gare de Toulon sera agrandie et accueillera tout le trafic. La ligne existante ne pourra pas répondre à la demande de transport ferroviaire estimée à 80M de passagers en 2023 et 110 M en 2040. La réalisation d’une ligne nouvelle devrait permettre de libérer de la capacité sur la ligne historique ainsi qu’un triplement à terme des services du quotidien, des fréquences accrues et une plus grande fiabilité du réseau, notamment sur les sections les plus fréquentées : Marseille-Toulon et Cannes-Nice-Monaco. Entre Toulon et Hyères et entre Marseille et Aix, la fréquentation des trains pourra être multipliée dans un rapport de 3 à 5. Le projet permettrait de résoudre la saturation manifeste des nœuds ferroviaires et de créer de nouveaux pôles d’échanges intermodaux adaptés à un développement plus harmonieux du territoire à Marseille, Toulon et Nice mais aussi dans l’Est du Var et l’Ouest des Alpes-Maritimes. La ligne nouvelle devrait être un facteur de compétitivité et de cohésion pour la région Provence- Alpes Côte d'Azur en remenant la distance-temps par le fer entre les centres de Marseille et Nice de 2h40 actuellement à moins de 1h30 et en  assurant une meilleure accessibilité régionale et interrégionale aux villes du sud.

gare toulon Le Sillon permien -  il y aurait bien une nouvelle infrastructure dans le sillon permien (axe - Le Luc) car, à terme, les emprises existantes pour  faire face au trafic ferré accru ne suffiront pas. L'impact environnemental serait quasiment identique à une nouvelle ligne LGV, mais les raisons sont complètement différentes car adaptées aux besoins du département et des varois. A terme, il faut faire évoluer ce réseau ferré et adapter un choix d'utilité publique. L'essentiel étant qu'il soit réalisé dans une réelle concertation.  Cependant, l’impact des nouveaux fuseaux d’implantation resteraient dévastateur pour l'environnement.

Cette nouvelle offre ferroviaire devrait faciliter les échanges et les déplacements et renforcer l’attractivité du train par rapport à des modes de déplacement beaucoup plus polluants comme la voiture d'autant que le réseau routier varois est significativement engorgé d'ores et déjà. Les associations de défense de l’environnement ont, donc, de beaux combats devant elles... Seront-elles suivies par la majorité des varois... Rien n'est moins sûr.

Pierre Bégliomini - Journaliste - Agence d'infos WPM

Enquête réalisée à partir du document de RFF : "Présentation à la Commission Mobilité 21" 
* Sondage IFOP : Etude ad’hoc, réalisée en ligne et auto-administrée - Échantillon structuré selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage, département et catégorie d’agglomération).

A lire aussi...

Retour aux news...

 

1383 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci