Get Adobe Flash player

Secteur est   :  le choix d'un tracé.

Au cours de la 1ère réunion du groupe de travail "SILLON PERMIEN" qui s'est déroulée en septembre dernier concernant  les études d'impact préalables à l’enquête d’utilité publique "phase 1 ", (réseaux ferrés de France) avait fait le point des convergences relevées entre les différents interlocuteurs :

  • Rejet unanime du scénario n°2 (dit « le plus rapide ») comprenant la ligne nouvelle complète dans le sillon permien.
  •  Rejet très majoritaire des 3 autres scénarios.
  • Vives inquiétudes quant à l’impact du projet sur les exploitations viticoles (contraintes AOC) et sur l’habitat diffus.
  • Respect des termes de la lettre ministérielle de 2009

Mercredi 5 octobre, lors de la seconde réunion du groupe de travail  "SILLON PERMIEN 2" la ville de est apparue en totale contradiction avec les communes avoisinantes. Un désaccord qui met en évidence un manque de concertation avec les communes de , Puget, Carnoules, Pignan, Gonfaron, Le Luc.

En effet,  alors que le Maire de Solliès-Pont demande l’enfouissement de la ligne au plus loin du village sans passer dans la plaine, et dans le respect des intérêts des communes, que l' intercommunalité "Coeur du Var" ( Puget, Carnoules, Pignan, Gonfaron, Le Luc) propose un passage le long de l’autoroute en piémont des Maures et en enfouissement au droit des urbanisations (Pignans, Carnoules, …), que La FNAUT* demande l’arrêt des Inter-Cités Grande Vitesse en gare de Carnoules,  bien que la commune de Carnoules ne souhaite pas que cette fonctionnalité rapproche le tracé de la zone habitée, la Commune de Cuers , quant à elle, demande l’utilisation exclusive des emprises existantes au sens de la lettre ministérielle***, sinon rien.

Ces réunions organisées par RFF rentrent dans le cadre  des  concertations  comprenant deux comités territoriaux dans chaque département concerné, 40 groupes de travail géographiques et 13 réunions publiques d'information, l'objectif étant  l'enquête publique DUP** en 2014. « Nous n'avons en tant que maître d'ouvrage aucune préférence par rapport à l'un des scénario car notre objectif est de favoriser au maximum la concertation et la discussion avec les acteurs du territoire » souligne Jean Michel Cherrier, chef de mission LGV PACA à RFF.

Choisir un fuseau de passage. 
Les réunions publiques par secteur prévues en novembre porteront sur le choix du fuseau de passage. A partir du scénario préférentiel qui aura été défini de septembre à mi-octobre, les réunions publiques de novembre permettront d’appréhender plus précisément les enjeux et les sensibilités des différents territoires traversés et de déterminer un fuseau de passage de 1.000 m (de large) présenté au comité de pilotage en décembre 2011, puis à approbation ministérielle. Mais ce choix du fuseau de passage dans le sillon permien incluant Cuers est aujourd'hui contrarié par le manque de concertation des communes entre elles. En effet, les désirs de ces différents interlocuteurs ne sont pas compatibles entre eux et dans un projet aussi dévastateur,  les communes ne devraient elles pas se concerter en amont afin de  préparer ce type de réunion, et d'autre part,  le tracé "Solliès-pont -Vidauban", incluant toutes les communes intermédiaires dont Cuers est considéré par RFF comme un « puits de vitesse »  de 320 Kms/h et on voit mal comment RFF pourrait contenter tout le monde.

Le secteur Est-Var s’étend du Nord-Est de Toulon jusqu’au Tanneron. Il englobe des zones environnementales très sensibles. Sur ce secteur, les scénarios se différencient essentiellement par l’alternative entre ligne nouvelle intégrale et une combinaison aménagement de la ligne existante / ligne nouvelle, pour la remontée du sillon permien notamment. Le choix de la gare de Toulon n’est toutefois pas sans incidence, notamment pour les communes les plus au Sud de ce secteur.  Pour RFF : "les possibilités d’amélioration du réseau existant sont limitées en raison des contraintes de capacité et des vitesses différentes des trains, et le moindre accident peut aujourd’hui bloquer tout le trafic. Il est donc nécessaire de fluidifier l’ensemble du trafic ferroviaire. La mise en service d'une deuxième infrastructure combinée à des aménagements de la ligne existante permettra de répondre aux objectifs d'augmentation de capacité pour un réseau fiable et efficace : • Sur la ligne nouvelle, des trains à grande vitesse assurant des liaisons nationales et des services régionaux entre les agglomérations. • Sur la ligne existante, des TER avec des fréquences cadencées et un transport de marchandises facilité."

Une gare à Cuers ? 
Enterré par Hubert Falco, revoilà le projet de gare LGV à Cuers. En effet, des 4 scénarios présentés à la concertation, il n'en reste  plus qu'un. Celui ci fait apparaitre une gare sur Toulon Est (Cuers, La Farlède - La Pauline ,...) Ange Musso, représentant Hubert Falco et Horace Lanfranchi (Président de TPM-Maire de Toulon et Président du ), a indiqué qu'il refusait ce scénario car non conforme à la Lettre de J.L. Borloo de juin 2009***. Pour l'association Var Actions Environnement  de Brignoles : "Si Hubert Falco ne veut pas de gare LGV à l'est de Toulon (Cuers ou La Farlède) c'est parce qu'Il veut une ligne qui suive la ligne existante, soit en la doublant, soit en tunnel. Or RFF veut une ligne à grande vitesse , totalement nouvelle (qui, étant une LGV, ne peut pas suivre la ligne actuelle puisque une lgv est une ligne droite dont les courbures doivent être très limitées .....) De plus, RFF désire une gare à l'est de Toulon. Il existe donc un désaccord important entre H.Falco et RFF sur ce sujet." 

Nous vous proposons d'écouter la réaction de  Ange Musso, Maire du Revest, représentant  H. Falco, qui  s'exprime sur le projet  LGV PACA  au micro de tv83.info

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 - D : 2 mns

Certes, aujourd'hui, le secteur Est-Var est  mal desservi par le train. Les liaisons régionales sont peu fiables et manquent d’efficacité. Pour RFF : " Dans ce contexte, le moindre incident peut bloquer l’ensemble du système. A terme, c’est un vrai réseau régional performant qui devra être mis en place. Il permettra : 1/ un accès de l’Est Var à la grande vitesse grâce à la nouvelle gare prévue dans le secteur  - 2/  quatre  TAGV (trains aptes à la grande vitesse) par heure s’y arrêteront en heure de pointe- 3/ une véritable desserte ferroviaire d’ambition régionale et nationale avec des temps de parcours correspondant aux normes d’aujourd’hui - 4/ 1 heure entre Nice et Marseille - 5/ une ouverture de l’Est Var aux déplacements quotidiens en train vers Toulon (avec 3 trains omnibus ou semi-directs) et vers Nice (avec 4 trains omnibus ou semi-directs)." Au total, ce seraient 11 trains par heure (sur les 13 qui emprunteront la ligne existante) qui s’arrêteraient  en heure de pointe à la gare nouvelle Est Var.

Pour Jean-Michel Cherrier, Chef de la mission LGV PACA : "Plus qu’un simple projet de ligne à grande vitesse, il s’agit donc de bâtir un réseau ferroviaire LGV et TER à haute performance et haute fréquence, dont nos territoires ont besoin pour le XXIème siècle. Même si la question des ressources financières reste prépondérante, ce projet est un véritable pari d'avenir correspondant à une vision du développement du territoire qui exclue de ne rien faire..."

Nous vous proposons d'écouter la réaction de  , Président de la chambre d'agriculture du var, qui  s'exprime sur le projet  LGV PACA  au micro de tv83.info.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 - D : 5 mns

La carte, présentée par RFF, indique clairement qu’un passage par le sud sera très périlleux et …surprise, cette carte ne se limite pas à la zone « tracé sud », on voit que vers l’A8.ce serait beaucoup plus simple.

Un tracé "Nord var" envisageable par RFF en lieu et place du traçé "Est var" jugé trop sensible offciellement  ?
Nous savons  que RFF présente le tracé Métropoles comme une zone d'études préférentielle. Or, insérer une ligne nouvelle sur la zone préférentielle s'avère, on le voit,  très compliqué voire impossible.   Entre Toulon et les Arcs La combinaison optimale repose en effet sur un compromis prenant en compte les enjeux majeurs du territoire, limitant au maximum les nuisances, et permettant d’atteindre les objectifs fixés en termes de temps de parcours. Le doublement de la ligne existante ne pourra pas être envisagé pour certaines traversées urbaines contraignantes ( trajet Solliès-Pont - Gonfaron - Vidauban en particulier). L’insertion du projet sur ce secteur doit composer avec un territoire qui présente de forts enjeux : traversée des zones urbaines et des terroirs viticoles, protection de la biodiversité (habitat de la tortue d’Hermann, zones humides), préservation des paysages.

En conclusion, RFF classe officiellement ce traçé comme "particulièrement sensible" sur la carte éditée (ci-contre) sur son site. Notons aussi que cette carte, à l'étude, couvre la totalité du Var et indique que la zone "nord" (proche de l'A8) ne présente que très peu de zones sensibles. Pour l'association Var Actions Environnement  de Brignoles : "La carte, présentée par RFF, indique clairement qu'un passage par le sud sera très périlleux et ...surprise, cette carte ne se limite pas à la zone "tracé sud", on voit que vers l'A8 ce serait beaucoup plus simple.  De plus, aujourd'hui, les géomètres font une mise à jour du cadastre de St Maximin,  plus que nécessaire dans le cas d'un projet LGV, RFF devant connaitre précisément le nombre d'habitations à exproprier. Nous nous apercevons aussi qu'aucune association se situant sur le tracé métropoles ne bouge... un courrier, un discours puis rien. Il faut noter aussi que le scot (schéma de cohérence territoriale) de la Provence Verte, est toujours en attente et que sa version provisoire fait toujours apparaître un tracé LGV Paca sur St Maximin, proche de l'A8. Pour information, le scot de TPM (agglomération de Toulon) est terminé depuis 2010 ...sans LGV. Voilà pourquoi le "nord" ferait bien de se réveiller."

Dossier réalisé par Pierre Bégliomini - journaliste  (Synthèse réalisée à partir des documents officiels de RFF (http://www.lgvpaca.fr) - journal le moniteur.fr -  association Var Actions Environnement  de Brignoles) - interviews réalisées par  tv83.info.

*La Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports a été créée en 1978. Elle rassemble aujourd'hui 150 associations implantées dans toutes les régions françaises.
**Déclaration d'Utilité Publique
*** " la LGV « empruntera les lignes ou emprises existantes. A défaut, les solutions d’enfouissement seront massivement privilégiées »

A lire aussi...

Retour aux news...

 

949 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci