Get Adobe Flash player

Il existe, en fait,  deux chapelles Sainte- Christine : ● l'une située sur la commune de Solliès-Pont qui daterait de 1041, ● l'autre située sur la commune de qui daterait de 1554, séparées par un espace de... 50cm seulement ! Leur existence suscita, au cours des siècles, des conflits entre les deux communes et leurs paroissiens.

En juillet 1983 eut lieu une "Grande Réconciliation" des fidèles des villages de Cuers/Solliès-Pont aux chapelles Sainte-Christine : "Une foule considérable de chrétiens et amoureux de l'histoire s'est retrouvée aux chapelles construites en haut de la colline, pour fêter ensemble, cette grande réconciliation attendue depuis près de 9 siècles ! La profonde discorde qui régnait entre les deux communautés chrétiennes a cessé ce 23 juillet 1983, grâce à l'initiative de M. et Mme BIANCO. Ce succès a été approuvé par toutes les autorités, religieuses, civiles et militaires".

C'est la chapelle de Sainte-Christine située sur la commune de Cuers qui nous intéresse aujourd'hui.

Après avoir franchi la porte neuve, décorée de ferronneries massives, réalisées en 1986, nous pénétrons dans la chapelle, tout illuminée par des lustres et des bougies.  Depuis 38 ans, Pierre Bianco,  Vice-Président des Amis de Sainte-Christine depuis 1972  et entrepreneur de maçonnerie cuersois, a entrepris avec son épouse, josette Bianco Présidente de l'association des Amis de Sainte-Christine depuis 1972, et l'aide matérielle de nombreux artisans de corps de métiers divers et de particuliers bénévoles la réhabilitation de ce lieu dans un long et fastidieux travail de restauration.

Sainte-Christine était dans un état de ruine avancé : la toiture menaçait de s'effondrer, peintures et enduits s'effritaient, les fermetures de l'édifice étaient défectueuses, d'où plusieurs vols, dont une statue de Sainte-Christine en bois doré, datant du XVIIème siècle. En 1984 eurent lieu deux phases importantes dans la rénovation : la réfection de la toiture et  la pose de 4 clés pour restaurer les murs longitudinaux, évitant ainsi que les voûtes ne s'écroulent (à l'entrée, à l'angle nord-est, les murs en pierre se sont ouverts de 4cm)".

Puis en 1991, ont eu lieu la réalisation d'une grande partie des travaux d'enduits intérieurs, la consolidation de l'autel en marbre (datant de 1817), la construction de deux grandes niches de part et d'autre de l'autel, destinées à recevoir deux statues, la confection de 5 grands cadres pour les tableaux reprenant les martyrs de Sainte- Christine.

Mais l'oeuvre entreprise a porté aussi sur les abords de Sainte- Christine : débroussaillement en prévision des incendies, puis entretien des restanques de la colline et, plus récemment, création d'un oratoire, d'un jardin où oliviers, lauriers, cyprés et platane sont autant de marques, de symboles, d'origine Italienne ou provençale.

Enfin, un grand parking accueille les visiteurs. Une des nombreuses statues représentant Sainte Christine Mais pourquoi y a-t-il en ce lieu une telle dévotion à Christine, sainte et Martyre, née à Bolsena en Italie (à 110 km de Rome) ? Son Père tenta à plusieurs reprises de la faire mourir, mais à chaque fois un miracle survint et la sauva. Elle était donc un symbole de puissance contre la mort.

Ainsi, "Pierre IRENE, Comte de Thèbes et d' Archaie naviguait au large de , lorsque son bateau et tout son équipage furent pris dans une effroyable tempête. Il implora Sainte-Christine et fit le voeu que, s'il en réchappait, il ferait construire une chapelle en son honneur. L'histoire raconte que, sitôt après son voeu prononcé, la mer se calma et il put accoster, sain et sauf, avec son équipage et sa cargaison, dans l'estuaire de la Garonne, au Pradet". Un tableau de 3m x 2m, peint en 1992 par le Grand Maître Italien Giovanni BARALE, évoque cet évènement.

Si l'origine du culte de Sainte-Christine à Cuers est connue, un des buts de l'Association des AMIS de Sainte-Christine est de rechercher, à travers le monde, les lieux de culte voués à cette sainte. En 1993, à Lloret de Mar (Espagne), français, Italiens, espagnols "émettent un avis favorable à cette idée de vouloir se rendre, chaque année à travers l'Europe, puis dans le Monde, retrouver une église, une basilique, ou une chapelle lui étant dédiée et de connaître les raisons de sa construction.". M. et Mme Bianco, à l'origine de cette initiative, rencontrent le Père Horst KORMANN d'Herzebrock, village dédié à la Sainte depuis l'an 905...

la Relique présentée par Pierre Bianco

Des recherches sont entreprises, à partir de 1998, en Arménie, au Liban, en Pologne, en Syrie, mais surtout en France. Grâce à leur obstination, leur Foi, les relations établies durant leurs nombreux voyages, ils obtinrent que le 24 juin 2000 soit apportée par des Ecclésiastiques de Rome et de Bolsena une relique de Sainte-Christine. Une cérémonie, digne de l'évènement, rassembla les Confréries de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et de nombreuses personnalités civiles et religieuses, aboutissement de 14 années de démarches et d'entretiens à Rome...

La chapelle de Cuers est la seule, hors le tombeau de Bolsena, en Europe à conserver une relique. Elle repose dans un cadre rénové, éclairée par les 5 vitraux du célèbre Maître verrier et sculpteur, Philippe MEYER, décorée par deux chapiteaux, à l'entrée du choeur, l'un représentant le Bien et l'autre le Mal, de quelques ex-voto portant les noms de prêtres et de bienfaiteurs, puis d'une importante statue en pierre blanche représentant la Sainte.

Comment s'y rendre pour une ballade pédestre en famille :

Distance : 8 km - Dénivelé : 200 m - Temps de marche : 3 heures (aller - retour) - Balisage : Aller : cœurs rouges  - Retour : cœurs verts  - Difficulté : Facile

A partir du centre de Cuers (face à l'école Jean Jeaurès) : Se diriger vers l’église Notre Dame de l’Assomption et la place François Bernard avec sa fontaine. Monter la rue Benjamin Flotte, à gauche prendre la rue Nationale, puis à droite rue Patillon. Après la fontaine vous trouverez le chemin Ste Christine balisé de cœurs rouges. Au croisement avec l’itinéraire vert, continuez de monter, après le champ d’oliviers une haie de thuyas vous indique le chemin à suivre. Vous découvrirez deux oratoires à votre gauche, vous croisez à nouveau l’itinéraire vert à proximité d’une maison isolée. Au retour, prendre la piste Ste Christine (cœurs verts). Descendre sur le chemin à droite après la maison isolée (n’hésitez pas à prendre le chemin barré par une chaîne dans l’épingle où le bitume commence). Peu après tourner à gauche et suivre ensuite le collecteur d’ de l’ozone jusqu’à Notre Dame de Santé et le village.

Intérêt de la balade :  les deux deux chapelles, de mur à mur : à gauche, de dos, la chapelle Solliès - Pontoise Sainte Christine; à droite, de face, la chapelle Cuersoise, celle décrite plus haut dans l'article. Entre elles, 50 centimètres d’écart, une frontière communale. La balade offre des panoramas sur la plaine de Cuers, les barres de Cuers.

Synthèse : Pierre Bégliomini - Journaliste - Agence d'informations WPM 

Source :
à partir du Compte-rendu d' Alain Brisse
Photographies de Michèle Lambinet et de Michel Régniès

A lire aussi...

Retour aux news...

 

1865 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci