Get Adobe Flash player

logo-ameLe vient de commencer sa campagne des municipales sur . Ainsi, la prétendante au poste de premier magistrat de la commune pour le , Armelle de , s'était déplacée afin d'assister au dernier . Cet intéressement subit au sort de la commune, après des décennies d'absence, s'explique par la candidature de celle-ci aux municipales de 2014.

Mais c'est surtout la distribution d'un tract par ses colistiers, sur la , qui fait débat. Reprenant l'un des thèmes forts prônés par Marine Le Pen au niveau national, Armelle De Pierrefeu fustige "les clandestins cuersois et l'aide médicale d'état que l'état français leur accorde." Plus encore, elle oppose les clandestins étrangers qui bénéficient de l'aide aux soins médicaux aux citoyens Français aux revenus modestes. Le thème de la préférence nationale reste central avec un discours dangereux, surtout au niveau local qui met en avant la peur des étrangers.

Pour Jean-Claude , conseiller municipal et  candidat déclaré aux municipales de 2014 : "je pensais qu'avec l' arrivée du Front National sur le terrain des municipales de 2014, le débat allait prendre une tournure plus politique. Mais, Il semble que les problèmes des Cuersois  importent peu à Armelle De Pierrefeu et que ce sont les idées du parti qui priment. Fustiger une partie de la cuersoise ne fera pas évoluer le débat  ni notre commune."

La vérité sur les clandestins en France en matière de soins  : Ils ne peuvent pas bénéficier de la sécurité sociale ni de la couverture maladie universelle (CMU), puisque ces deux dispositifs exigent la régularité du séjour de l'assuré. Les "clandestins" de Marine Le Pen et de Armelle de Pierrefeu peuvent obtenir par contre l'aide médicale d'Etat (AME) créée par Lionel Jospin et Martine Aubry en 1999. Mais l'aide est sous conditions de ressources : il faut gagner moins de 661 euros par mois pour une personne seule et moins de 991 euros mensuels pour un couple.

Avec l'AME, les sans-papiers ont "droit à la prise en charge à 100% des soins médicaux et d'hospitalisation en cas de maladie ou de maternité dans la limite des tarifs de la sécurité sociale, sans avoir à avancer les frais." Ce qui en apparence parait être plus généreux que les autres assurés du régime général ou de la couverture maladie universelles (CMU, pour les plus modestes).

Contrairement aux assurés du régime général, ils ne sont pas suivis et soignés régulièrement et vont à l'hôpital lorsque les infections sont avancées. Or "les soins urgents coûtent plus cher que la médecine de ville" rappelait fin 2010 le président de Médecins du monde, dans un entretien au Monde. Dans un rapport de 2009, l'ONG expliquait que 71% des patients des centres de soins sont des sans-papiers, dont 80% n'avaient pas ouverts leurs droits à l'AME alors qu'ils remplissaient les conditions.

Si l'on compare le attribué à un bénéficiaire de l'AME  à celui d'un assuré modeste du régime général bénéficiant du CMU, en 2008, la moyenne des soins reçus par les bénéficiaires de l'AME  équivalait à 1.741 euros, contre 1.580 euros pour les assurés de la sécurité sociale. Cependant, les bénéfiaires de l'AME consomment peu de médicaments contrairement aux français bénéficiaires du CMU. Au final, la population française aux revenus modestes bénéficient en moyenne d'une aide annuelle de 2606 €. En 2011, l'AME a bénéficié à 220 000 personnes pour un coût global de 588 millions d'euros.

La droite ne conteste pas le principe de l’AME qui répond à des considérations « éthiques et sanitaires », écrivait Claude Goasguen (UMP) dans un rapport publié en 2011. Le devoir d’humanité commande de soigner un homme malade et l’intérêt de tous est d’éviter la propagation de maladies contagieuses. 

Pierre Bégliomini - Journaliste - Agence d'infos WPM
Source : Le JDD  

A lire aussi...

Retour aux news...

 

1182 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci