Get Adobe Flash player

Une transformation du nom LGV en TAGV qui ne remet nullement en cause ce projet

"La ligne LGV s’appellera tout simplement « TAGV » ou Trains Aptes à la Grande Vitesse. Comme on le sait, La LGV, en suivant le tracé des métropoles ne peut plus compter sur sa vitesse maximum compte tenu de la géographie. A quoi bon maintenir un nom de ligne qui fait peur sans pour autant en tirer les avantages". C'es quelques lignes sont extraites de l'éditorial du mois de décembre de notre Rédaction (cuers-info article du 24/12/2011 - cliquez ici) . Aujourd'hui, elles sonnent comme une réalité adoptée par tous les intervenants politiques du et par RFF. En prenant cette solution, RFF ne remet aucunement en cause le projet du LGV, contrairement aux apparences. Seul le nom de la ligne change.

« La réalisation d'une ligne à grande vitesse pure se transforme devant la nécessité de mettre en place un système performant dans la région" déclare Jean-Michel Cherrier, chef de mission de la LGV , au cours de la conférence de presse donné hier matin à Marseille "Nous devons allier trains quotidiens et vitesse adaptée aux enjeux du territoire... On a pris en compte les demandes de certains territoires, c'est la règle de la concertation, affirme Jean-Michel Cherrier. Mais nous respectons nos objectifs initiaux qui sont de mettre Nice à une heure de Marseille [contre 2 h 30 actuellement], de concurrencer l'autoroute et de travailler sur un système de RER performant. »

En fait, rien de nouveau au cours de cette conférence de presse qui était surtout organisée par RFF dans le but de recrédibiliser les politiques de la région Paca avec leur fameux TGV "sur emprises existantes". Voyons le comme un effet d'annonce venant valider les propos du préfet de région prononcés fin 2011 et tranquilliser les provençaux, qui seront ainsi tentés de se démobiliser.

RFF a toujours classé officiellement le traçé du sillon permien comme « particulièrement sensible » (voir la carte ci-contre éditée en septembre 2011)Nous savions  que RFF présentait le tracé Métropoles comme une zone d’études préférentielle. Or, insérer une ligne nouvelle sur la zone préférentielle s’avère, on le voit,  très compliqué voire impossible.   Entre et les Arcs La combinaison optimale repose en effet sur un compromis prenant en compte les enjeux majeurs du territoire, limitant au maximum les nuisances, et permettant d’atteindre les objectifs fixés en termes de temps de parcours. Le doublement de la ligne existante ou plus, ne pourra pas être envisagé pour certaines traversées urbaines contraignantes ( trajet Solliès-Pont – Gonfaron – Vidauban en particulier). L’insertion du projet sur ce secteur doit composer avec un territoire qui présente de forts enjeux : traversée des zones urbaines et des terroirs viticoles, protection de la biodiversité (habitat de la tortue d’Hermann, zones humides), préservation des paysages.

Aujourd'hui, Il faut surtout rester dans l'expectative et attendre les nouveaux tracés (en admettant qu'il y en ait de nouveaux) qui seront toujours aussi dévastateurs pour la région du Var. En ce qui concerne , nous pouvons déjà vous annoncer avec quasi certitude que le traçé choisi par RFF restera tel quel. (voir notre enquête - dossier spécial LGV PACA en cliquant ici)

Pierre Bégliomini - Journaliste WPM pour cuers-infos

A lire aussi...

Retour aux news...

 

814 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci