Get Adobe Flash player

Début Juillet, la Directrice de la structure multi-accueil , la crèche « Les Moussaillons ».Laurence Dartois, 52 ans, mère d'une jeune fille, mettait fin à ses jours. Afin de comprendre les circonstances qui l'ont menée à faire ce choix, nous avons contacté son avocat, Maître Patrick Sansone à Hyères qui l'avait rencontrée quelques semaines avant le drame sans se douter qu'il ne verrait plus sa cliente.

Pierre Bégliomini : Vous étiez l'avocat de Laurence Dartois ?
Maître Patrick Sansonne : Je suis toujours l'avocat de Laurence Dartois. Nous avons une procédure en cours que je continue au nom de sa fille.
Pierre Bégliomini : De quelle affaire s'agit-il ?
Maître Patrick Sansonne : C'est, en fait, la suite d'une affaire contre la ville de Hyères qui remonte à 2009, dans laquelle nous demandons un dédommagement financier à hauteur de 120 000, oo euros. A cette occasion, nous nous étions rencontrés dans mon cabinet. il y a quelques semaines seulement.
Pierre Bégliomini : Dans quel état d'esprit se trouvait, alors, Laurence Dartois ?
Maître Patrick Sansonne : Globalement bien, mais éprouvée par la dernière action judiciaire du CCAS de la Ville de Hyères menée à son encontre qui n'a eu de cesse de salir son image au cours de ces dernières années, en remettant systématiquement en cause son intégrité professionnelle, alors que c'était une femme sans reproche. Elle avait du mal à encaisser cet acharnement de l'administration, mais, je ne me doutais pas qu'elle en était au point de commettre un tel acte tant il est vrai que nos relations se cantonnaient à notre affaire judiciaire.
Pierre Bégliomini : De quelle affaire parlez-vous ?
Maître Patrick Sansonne : Laurence Dartois était, en 2008, directrice de la Crèche des Aristochats, à Hyères, gérée par le CCAS. En décembre de la même année, l'un des enfants, confié à cette structure d'accueil s'enfuit en ville avant d'être rattrapé. A cette occasion,  la sanction tombe, elle est rétrogradée et perd  la direction de la crèche.  Nous avons intenté une procédure judiciaire contre le CCAS et nous avons obtenu gain de cause avec la réhabilitation de ma cliente. Le matériel de la crèche n'était pas aux normes et permettait aux enfants de s'échapper malgré la vigilance du personnel. Tous les parents ont soutenu ma cliente, sans exception. Mais depuis toutes ces années, la ville de Hyères, n'acceptant pas les divers jugements, continue de faire appel sur appel en remettant systématiquement son intégrité professionnelle en cause. C'était très dur pour elle d'accepter ce fait bien que les appels ont tous été rejetés.
Pierre Bégliomini : Serait-ce la cause de son geste ?
Maître Patrick Sansonne : Laurence Dartois a vécu des moments difficiles ces dernières années. A la suite de cette affaire, elle est partie à Marseille où elle a trouvé un emploi en dessous de ses qualifications. Pendant quelques années, elle a vécu la galère, dans une caravane parquée dans la cour de l'école, élevant seule sa fille dont elle pouvait être fière, car celle-ci sort aujourd'hui  diplômée des grandes écoles de l'Administration. C'était très dur pour elle. Divorcée, ses relations avec son compagnon actuel n'était pas toujours sans problème. Pour revenir à votre question, je pense que c'est le poids et l'addition de tout ce vécu qui est à l'origine de son geste sans pour autant pouvoir l'affirmer.
Pierre Bégliomini : Pourtant, depuis quelques temps, elle était directrice d'une structure multi accueil à ?
Maître Patrick Sansonne : Effectivement, elle paraissait satisfaite de ce poste. Tout semblait bien se passer de ce côté là.
Pierre Bégliomini : Ne vous a-t-elle jamais fait part d'un quelconque problème avec sa hiérarchie actuelle de Cuers ?
Maître Patrick Sansonne : Comme je vous l'ai dit, nous avions seulement des relations de travail, d'avocat à cliente, mais elle paraissait satisfaite de son poste dans la .
Pierre Bégliomini : Des rumeurs persistantes font état d'une lettre explicative qu'elle aurait laissée ?
Maître Patrick Sansonne : je ne suis pas au courant d'un tel courrier. D'autre part, j'ai rencontré sa fille dernièrement qui ne m'a pas signalé l'existence d'une telle lettre. Les rumeurs ne sont pas des faits.

D'autre part, notre rédaction a contacté la gendarmerie nationale qui n'a pas souhaité répondre à nos questions.

Pierre Bégliomini - Journaliste - Agence d'infos WPM

A lire aussi...

Retour aux news...

 

2234 lectures de cet article

Articles intéressants

Les raisons de cet arrêt

  Par Pierre Bégliomini
Cuers-infos.com existait depuis 2008, précédemment, tv-cuers.com, puis municipales2008.fr, créé par Pierre Bégliomini, puis  revendu pour l’euro symbolique à WPM, il y a quelques années. J’officiais bénévolement sur le web depuis 2003 afin d’informer l      localement les cuersois, parallèlement à ma carrière professionnelle de concepteur/journaliste multimédia et réalisateur  audiovisuel.

« J’ai commencé à m’intéresser à l’information locale dès l’avènement des radios libres, en 1981, j’étais, alors, un jeune homme plein d’illusions et j’avais fait le constat, avec quelques amis journalistes, issus de var-matin et de radios locales, qu’il fallait faire émerger une information indépendante, pluraliste, locale et rurale dans le centre var en donnant la parole au tissu associatif, aux hommes et femmes de terrain et aux responsables politiques locaux, avec un traitement de l’information digne de professionnels de l’information et de la communication. Puis, avec l’avènement de l’internet, j’ai commencé à officier à partir de 2003 sur la toile avec l’une des premières TV en streaming, tv-cuers.com, jusqu’à aujourd’hui.

Ce lourd bénévolat, mené en parallèle de ma carrière professionnelle, nécessite un engagement que j’ai décidé de mettre en berne définitivement. Je passe le relais à d’autres et me consacre aujourd’hui à ma famille et à ma carrière professionnelle. »

Soutenez cuers-infos

Faites un don dès maintenant avec PayPal à notre rédaction pour une information pluraliste & indépendante - merci